Livre de recette ou le livre-journal des BNC : c’est quoi ?

La tenue d’un livre-journal de recettes est l’une des obligations comptables des professionnels libéraux relevant des bénéfices non commerciaux (BNC), qu’ils soient soumis au régime des micro-BNC ou de la déclaration contrôlée. En effet, le livre-journal des BNC doit être constitué en cas de contrôle fiscal.

Informations générales du livre-journal des BNC

Permettant de rassembler au jour le jour et de manière chronologique l’ensemble les encaissements du professionnel dans la catégorie des BNC, le livre-journal des dépenses et des recettes est un document très simple à mettre en place. Il est donc déconseillé de modifier ou de supprimer les encaissements qui y seront insérés. Par ailleurs, ce livre-journal permet à l’administration fiscale d’inspecter les recettes réelles de l’entrepreneur tout en évitant les éventuelles dissimulations de recettes ou de fraude à la TVA. Puis, lors de l’élaboration de ce fameux livre, il est strictement à éviter de faire des ratures ou des blancs. Pour aller plus loin, le professionnel doit à tout prix conserver toutes pièces justifiant les mouvements qui y sont inscrits (pendant une durée de 10 ans minimum, par exemple les factures, les notes et tout autre document). En effet, ces pièces justificatives permettent au professionnel d’éviter les soucis en cas de contrôle fiscal.

Quelles informations à mentionner dans le livre-journal ?

Le livre-journal des recettes et des dépenses professionnelles doit obligatoirement contenir certains éléments. D’abord, il y a les détails concernant les recettes, c’est-à-dire l’identité de chaque client ou de la société mandataire, les indications sur les sommes versées, le mode de règlement de l’encaissement (espèces, chèque, virement…). Ensuite, il y a les informations sur les dépenses : libellé de la dépense, nature de l’achat… Il ne faut pas oublier la référence des pièces justificatives : numérotation des factures, tickets, notes… Il se pourrait que les recettes puissent être sauvegardées globalement en fin de journée, notamment celles qui sont réglées en espèce au comptant d’une somme unitaire en dessous des 76€. Vous n’aurez pas dans ce cas à préciser l’identité des clients, mais seulement les pièces justificatives. D’autre part, il est vivement déconseillé d’accepter un règlement en espèce dépassant les 1000€ dans le cadre de toute activité de vente au risque d’alerter directement l’administration fiscale.

Établir un livre-journal, une tâche plus facile

En effet, la mise en place d’un livre des recettes est vraiment simple et ne vous prendra que quelques minutes par jour, surtout si avez le réflexe de toujours conserver vos justificatifs et à ventiler vos transactions. Donc, pour l’élaboration de ce livre, vous n’aurez qu’à qualifier chacun des encaissements avec les informations obligatoires : date de l’encaissement, référence de la pièce justificative, identité du client, nature de la vente, montant de la vente, mode d’encaissement. En ce qui concerne la manière dont vous allez organiser votre livre-journal, nombreuses options s’offrent à vous : le recours à un expert-comptable, sur du papier, dans un fichier Excel, dans un fichier automatisé, etc.