C’est quoi le livre-journal des recettes fiscaux ?

Dans la catégorie des bénéfices non commerciaux BNC comme dans la catégorie des bénéficies industriels et commerciaux BIC, les micro-entrepreneurs et auto-entrepreneurs sont dans l’obligation de tenir un livre-journal des recettes récapitulant de manière chronologique toutes les recettes qui ont été encaissé au cours de l’année.

Quelques précisions sur les obligations comptables des professionnels libéraux

Que vous soyez au régime de la micro-entreprise ou au régime simplifié, en tant que micro-entrepreneur ou auto-entrepreneur, vous bénéficiez d’une comptabilité allégée avec l’absence de présentation annuelle d’un bilan. Puis, sous le régime de la micro-entreprise, il y a la possibilité de ne pas tenir une comptabilité. Cependant, cette simplification en termes de comptabilité n’exclut pas certaines obligations, notamment la tenue d’un livre-journal des recettes permettant à l’administration de contrôler vos recettes réelles. Donc, qui dit recettes, dit pièces justificatives : par exemple le numéro de la facture transmise au client… Quand vous tenez un livre-journal de recettes, veillez à ce que ces pièces justificatives soient bien conservées. En plus du livre-journal de recettes, vous devez également tenir un registre des dépenses, et bien sûr un registre des immobilisations et amortissements (seulement si vous êtes un professionnel libéral au régime de la déclaration contrôlée).

Comment tenir un livre-journal des recettes fiscales ?

Le livre de recettes mentionne chronologiquement tout détail journalier des recettes encaissées ainsi que leurs justifications dans le cadre de votre activité de professionnel indépendant. Sachez juste qu’une fois enregistrées, le contenu du votre livre des recettes ne sera plus modifiable. En parlant de contenu, ce livre doit contenir plusieurs éléments : la date de l’encaissement en respectant la chronologie (les plus anciennes aux plus récentes), la numérotation des factures transmises aux clients, l’identité déclarée par les clients, la nature de l’opération, le montant des recettes encaissées (qui peut être déclaré en HT (hors taxe) ou en TTC (toutes taxes comprises) si le professionnel est redevable à la TVA), le montant des honoraires et de leur nature, le moyen de règlement en distinguant de paiement en espèce des autres modes de paiement. D’autre part, pour un montant unitaire des ventes inférieur à 76€, il est possible, dans le cas de la vente au détail, de regrouper toutes les ventes de la journée sur une seule ligne. Puis, il est surtout déconseillé d’accepter un règlement en espèce au-delà de 1 000€ pour éviter d’attirer l’attention de l’administration fiscale.

Qu’en est-il du choix du support ?

Selon vos besoins, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour organiser votre livre de recettes fiscales. D’abord, vous pouvez opter pour la solution la plus prudente, notamment l’externalisation de votre comptabilité en faisant appel à un expert-comptable. Puis, il y a l’achat de livres en format papier sur lequel vous pourrez réaliser votre livre de recettes de manière manuscrite. Si vous voulez, sachez que vous avez la possibilité de télécharger votre livre en format digital (format Excel) ou de recourir à un fichier automatisé via les logiciels de comptabilité.